La vallée de Katmandou -

Présentation

Qui correspond plus ou moins à la zone administrative de la Bagmati (du nom de la rivière sacrée qui la traverse), se situe dans la région centre-orientale du Népal, à l’altitude moyenne de 1 350 mètres, et couvre une superficie d’environ 600 kilomètres carrés. Elle comprend la capitale du pays, Katmandou, une des trois anciennes villes royales de la vallée avec Patan (aussi appelée Lalitpur), qui jouxte Katmandou au sud de la rivière Bagmati, et Bhaktapur, à une quinzaine de kilomètres à l’est.

Au sud-ouest de la capitale, sur la route qui mène à la gorge de Chobhar et aux grottes de Chobhar, est situé le petit village de Chobhar, dont les origines remontent au xiie siècle, et a une altitude de 1 240 mètres.

Plusieurs autres lieux saints du bouddhisme et de l’hindouisme composent la vallée, parmi lesquels :

Le temple hindou de Pashupatinath au nord-est.
Le stûpa de Bodnath (ou Bouddhanath, ou Bauddha), haut lieu du bouddhisme, un des plus grands stûpas du monde.

À l’ouest de Katmandou, le stûpa de Swayambhunath (ou Swayambhu) est à la fois vénéré par les bouddhistes et les hindous comme le plus ancien du Népal. À Chobhar, sont situés le temple Adinath et le monastère bouddhiste de Chobhar.

La vallée dispose du seul aéroport international du pays, Tribhuvan. Elle est traversée d’Ouest en Est par une route principale qui fait partie du réseau routier transasiatique (Numéro AH42).

Vers l’ouest, elle sort de la vallée par Thankot, continue vers Naubise où elle bifurque. La ‘Prithvi highway’ continue vers l’Ouest vers Pokhara et la région des Annapurnas; la ‘Tribhuvan Highway’ part vers le sud, vers Hétauda, le parc national de Chitwan, dans le Téraï, et Birganj (frontière indienne),
Vers l’est, elle sort de la vallée par Sanga, continue vers Dhulikhel et remontant vers le Nord arrive à Kodari, à la frontière du Tibet (Chine). Cette voie, appelée Araniko Raj Marg, a été baptisée Friendship Highway (Autoroute de l’Amitié), par les Chinois.

La population de la vallée s’est considérablement accrue dans les années 1950 et 1960, par l’arrivée de réfugiés tibétains qui se sont installés dans divers centres de Bodnath, Swayambhunath ou Patan. Mais aussi et surtout à la suite de la guerre civile menée par les maoïstes, proches des naxalites, dans les autres provinces du pays, qui a provoqué un exode massif des différentes ethnies du Népal, venues se réfugier dans la vallée tenue par l’armée royale. Des blocus de la vallée et des grèves à caractère obligatoire (bandhs) sont régulièrement organisés par la guérilla maoïste.

Une ethnie y est présente en grand nombre, ce sont les Newars, une des civilisations les plus brillantes de la région des Himaalayas.

La vallée de Katmandou est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979, en tant qu’ensemble comprenant les sept sites suivants : la place du Durbâr de Katmandou, la place du Darbâr de Patan, la place du Darbâr de Bhaktapur, et les ensembles religieux de Swayambhu, Bauddhanath, Pashupati et Changu Narayan1.

-Patan durbar sqaure :- Visite.
Patan (Lalitpur) est une ville du Népal située dans le district de Lalitpur. Ancienne ville royale, autrefois capitale et ville d’art, Lalitpur (la Cité de la Beauté) est située à 6 kilomètres au sud du centre de Katmandou, mais avec l’extension des deux villes la seule démarcation visible est la rivière Bagmati. Au recensement de 2011, la ville comptait220 802 habitants1.

Un Newar attend le touriste à Durbar Square, Patan.
Patan était auparavant un grand centre d’enseignement bouddhique, comme en témoignent les nombreux monastères éparpillés dans la ville. Lalitpur fut choisie par l’empereur Ashoka, qui serait d’après certaines traditions le fondateur de la cité, pour y élever l’un des quatre grands stūpas qui la ceinturent, situés aux points cardinaux, et serait de ce fait la ville bouddhique la plus ancienne d’Asie. Le centre ville, constitué par la place du Darbâr, Durbar Square, est enchanteur, on dit qu’il a la forme d’une conque, symbole de Vishnou. Là s’élève la statue du râja Yoga Narendra Malla. Le palais, comportant plusieurs cours intérieures, serait dû au râja Siddhi Narasimha qui régna de 1620 à 1661. Un bassin, très ornementé, y fut creusé en 1681.


Jour en Jour itinéraire